Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Jonathan Boakes, le traqueur de spectres
par Reardon  |  26.11.2009  |  Maître
Jonathan Boakes se décrit ainsi :

Lorsque je ne suis pas coincé derrière mon ordinateur afin d’écrire et de créer des jeux et des sites Web, j’explore la nature sauvage de Cornouailles, en Angleterre, un appareil photo dans une main, et un sandwich dans l'autre. Je vis en Cornouailles depuis 2004. J’ai créé Dark Fall en 2002, Dark Fall 2 en 2004 et The Lost Crown en 2008.

Une biographie un peu moins sommaire

On peut la trouver sur le site : Darkling Room

En voici une courte approche.

Jonathan Boakes est né dans le Kent sous le signe du Scorpion le 7 novembre 1973. Sa famille s'y installe après avoir séjourné en Cornouailles, au Pays de Galles, puis dans le Sud du Yorkshire. Ceci s’explique par le fait que son grand-père est mineur, et par la suite trouvera un emploi chez British Steel.

Son enfance dans le Kent, le Jardin de l’Angleterre, l’a énormément influencé tant dans son travail de photographe que plus tard dans la production de jeux vidéo. La photographie a été en effet sa première passion puisqu’il poursuit, à la sortie de l'école, des études de photo et cinéma au West Kent College de Tonbridge.

Passionné de nature, il entreprend de longues ballades dans "La Medway Valley" entrecoupés de longs séjours dans la bibliothèque du Collège : en 1992, il expose ses photos "Modern Fields" rendant compte de l'Angleterre rurale moderne.

En 1994, il quitte le sud-est de l'Angleterre pour vivre à Londres. Il y poursuit son travail photographique et expose à nouveau à diverses reprises jusqu’en 1996 ("A Night in London: 1996"). Il commence alors à s’adonner à une nouvelle passion, la création d’art visuel, suite à la conséquente baisse financière du matériel informatique. Il découvre Myst. Conscient que l'ordinateur peut devenir un passionnant portail vers d'autres domaines, il poursuit cependant jusqu’en 1998 à effectuer des montages visuels avant de se lancer dans la création des jeux.

En 1997, Jonathan publie “Ruin”, une aventure graphique se déroulant à proximité de l’église abandonnée de Pluckley (Kent), réputée pour ces nombreux fantômes. “Ruin” est distribué aux sociétés londoniennes spécialisées dans les nouveaux médias, dans l’espoir d’y obtenir un emploi. Il est contacté très rapidement par une grande maison de production de contenu en ligne d’Hoxton, à l’est de Londres. Mais le travail qui lui est proposé ne lui convient pas (bannières publicitaires, portails web type "style de vie", illustrations sans intérêt) : il démissionne. Condamné au chômage et dans la nécessité de subsister, il se lance dans la fabrication de sushi. Il poursuit en même temps ses recherches de création médiatiques avec “Cortexa” et “Detektor”. Ces œuvres sont si bien reçues que “Cortexa” est projeté au Festival du Film de Poitiers. Une suite de "Cortexa" est produite peu de temps après "Forensic".

Fort de son succès, Jonathan commence à travailler sur "Le déplacement" (“The Displacement”), un jeu d'aventure pour PC. Huit mois plus tard, le jeu est achevé et publié (sous le label Productions XXv). Vendu en ligne, le jeu bien qu’ayant de nombreuses qualités ne recueille pas suffisamment d’argent pour permettre à Jonathan Boakes de se lancer dans de nouveaux projets. Il décide alors d’entreprendre son premier jeu commercial Dark Fall. S’appuyant sur son amour de la campagne, sur d'étranges zones rurales, sur les petites gares de la côte, sur le surnaturel et les théories présentées dans la série fantastique “Sapphire & Steel”, Jonathan passe 18 mois sur la genèse de la gare et de l’hôtel hanté de Dowerton. Il en fait une promotion à tous crins et expose même des artworks du jeu au New York’s Digital Salon.

Terminé en avril 2002, Dark Fall connaît un énorme succès. En mai 2003, "The Adventure Company" contacte Jonathan : Dark Fall est traduit en plusieurs langues et disponible dans le monde entier.

La production d’un second titre ne se fait pas attendre : “Dark Fall II”.

Paru aux États-Unis en septembre 2004, Dark Fall II (rebaptisé Lights Out) remporte à son tour un large succès tant de la part de la critique que de celle des joueurs. Très différent du premier, il augmente considérablement l’espace jouable, propose des puzzles intégrés et s’enveloppe d’une ambiance profondément mystérieuse. Dark Fall II : Lights Out est traduit en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et en Russie.

Jonathan poursuit son travail de photographe et propose à Londres et en Cornouailles des expositions consacrées aux monolithes, plus précisément aux monuments néolithiques de Cornouailles et de la côte sud-ouest d'Angleterre. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Matt Clark, travaillant sur son projet personnel de jeu d’aventure, Barrow Hill. Il faut peu de temps aux deux hommes pour se rendre compte qu’ils vont dans le même sens : cercles de pierres et chair de poule.

Quelques mois plus tard, Jonathan Boakes redécouvre M.R.James (1862-1936) : à travers cette œuvre, il conçoit un projet très personnel axé sur la campagne anglaise, les sites anciens et de vieilles légendes avec une chasse aux fantômes bénéficiant de la technologie moderne : cartes, vidéo, enregistrement audio. A cette époque, Jonathan Boakes s’implique également dans une épopée d’héroïque fantaisie Destinies.

En décembre 2004, commence la pré-production du nouveau jeu de Jonathan, 'The Lost Crown''. Celle-ci exige de nombreux tournages en extérieur. Les équipes de tournage doivent sillonner le littoral de l'East Anglian et le Sud-Ouest. Il devient évident que le nouveau projet devient très différent du travail antérieur de Jonathan, l’amenant à conduire son écriture et les décors dans une nouvelle direction en recourant à des technologies différentes.

A l’intersection d’un conte moderne et d’une série télévisée gothique des années 1970, The Lost Crown se lance dans de nouveaux défis : dès le début de la production, il est établi que le jeu doit rester au maximum proche des cliché photographiques ; pourquoi reconstruire la côte anglaise en CGI alors que la version réelle peut suffire si elle est habilement utilisée. Jonathan souhaite donner sa propre vision de la côte Est anglaise avec des corbeaux, des fossoyeurs et des paysages menaçants.

La production de The Lost Crown est achevée pour noël 2007. Le jeu obtient un 100% / A+ sur JustAdventure.com. Seule une poignée d'autres développeurs ont reçu une telle reconnaissance.

Jonathan lui-même, dans son "making of ..." déclare : «Une partie de mes objectifs, lors de la création de The Lost Crown, était de présenter une lamentation mélancolique et pastorale. Un monde qui est à la fois reconnaissable, mais invisible est menacé par le "progrès"et le temps lui-même. Peut-être que je crains que le paysage lui-même, quelque chose que j'aime à penser que je connais et que j’aime pourrait devenir un spectre de lui-même, sous-estimé par le modernisme". On peut supposer que beaucoup partagent cette pensée.

Sur son blog, Jonathan Boakes a annoncé que son prochain titre serait une suite de Dark Fall : Lost Souls. Ce jeu est prévu pour cette année 2009.

Reardon