February 26, 2020, Wednesday, 56

Wolfgang Amadeus Mozart

De Wiki des jeux d'aventure

Mozart: le jeu

1788: Mozart est à Prague

Né le 27 janvier 1756 à Salzbourg, Wolfgang Amadeus Mozart se révèle très vite dès son plus jeune âge, comme un enfant prodige. Il disparaît à l'âge de 35 ans, laissant derrière lui une oeuvre considérable qui le qualifie comme l'un des plus grands compositeurs de la musique classique européenne.

En 1788, l’Europe s’inquiète des événements graves qui se déroulent en France. Louis XVI a convoqué l’assemblée des Etats Généraux et désormais le mécanisme qui conduira à la Révolution est lancé de manière inéluctable. Partout des sociétés secrètes se réunissent clandestinement pour tenter de comprendre le monde qui va naître quand les monarchies auront été ébranlées. Le compositeur se trouve à Prague pour y donner la première représentation de son célèbre opéra Don Giovanni.

Mozart et le contexte historique

Mozart 1.jpg

Mozart a choisi la voie de la lumière en devenant un initié de la franc-maçonnerie. Tolérance, excellence dans le travail, exploration des mystères des anciens sont autant de valeurs qui l'ont séduit et conduit dans cette communauté qui alimente son oeuvre et le soutient. A Vienne, l'empereur Joseph II, despote éclairé, est lui aussi sensible aux idées de liberté des francs-maçons. Mais en revanche, à Berlin, Frédéric-Guillaume de Hohenzollern, rival permanent du Saint Empereur autrichien, a fait le chemin inverse et s'est tourné vers l'obscurité en rejoignant les rosicruciens. Il nomme l'un d'entre eux, Wöllner comme son premier ministre. Dès lors, ce personnage sombre, initié aux arts mystiques, adepte de l'alchimie, ne va avoir de cesse que de réduire l'influence rationaliste des francs-maçons. Lorsque Mozart : Le Dernier Secret débute, Catherine II de Russie a tendu un piège à l'ami et protecteur de Mozart, Joseph II, empereur d'Autriche - Hongrie. Imprudemment, celui-ci a mené son armée face aux Ottomans dans les marais aux confins du Danube, en Roumanie. Là, il a subi une défaite catastrophique à la bataille de Karansebes. A Prague, les rosicruciens de Wöllner entrent en scène et ourdissent un complot contre la personne même de l'empereur Joseph II. Les francs-maçons seront manipulés et serviront de boucs émissaires. C'est sans compter sur la fidélité, l'ingéniosité et la générosité de Mozart qui, faussement accusé d'un crime, va se transformer pour quelques heures en détective pour parvenir in extremis à déjouer l'attentat des conjurés de Prague. Les éléments du drame sont désormais en place...

Mozart et les francs-maçons

Prague 1788


Wolfgang, génie précoce et célèbre dans toute l'Europe, rencontre le fameux Dr Mesmer quand il n'a que 12 ans. Le médecin est un franc-maçon de haut rang qui gardera tout au long de sa vie un oeil protecteur sur la carrière de Mozart. Il est aussi le premier à avoir exploré l'usage de l'hypnose qu'il appelle "magnétisme animal", un phénomène qui est mis en scène de manière importante dans "Mozart : Le Dernier Secret". Plus tard, Mesmer commandera à Mozart son opéra pour les enfants, "Bastien, Bastienne". A 16 ans, un événement étrange vient à nouveau nous interroger sur les relations entre Mozart et les frères maçons : il compose "O Helliges Band" dont le texte est la reprise d’un ouvrage secret maçonnique que seuls les initiés peuvent connaître. Comment Mozart aurait-il pu, si jeune, y avoir accès ?

Portrait posthume 1819 par Barbara Krafft


Wolfgang n’est initié "officiellement" qu’à 28 ans. Mozart s’était depuis longtemps préparé à accéder à une sorte d’illumination par la connaissance. Le rituel maçonnique va bouleverser sa vision de la vie. Son cerveau sans cesse en mouvement, sans cesse curieux de la beauté, va y trouver une nouvelle éducation qui irrigue ses créations. En 1785, Mozart devient Maître maçon. Il multiplie les compositions qui sont autant de messages codés à l’adresse de ses frères. Son ami et mentor en musique, Joseph Haydn sollicite à son tour de rejoindre le temple. L’initiation de Haydn ouvre la voie à une collaboration unique entre les deux hommes. Partageant à la fois l’expertise musicale et la connaissance maçonnique, Haydn et Mozart s’échangeront sans cesse des correspondances et des fragments de composition qui renforcent leur amitié et leur complicité artistique. Dans "Mozart : Le Dernier Secret", cette relation unique et riche se concrétise grâce à l’un des outils mis à la disposition du joueur : "Le livre des harmoniques célestes". Plus tard, Mozart parcourt l’Europe et visite de nombreuses loges. C’est l’occasion d’interpréter son œuvre pour ses frères. C’est dans le contexte d’une de ces "tenues" maçonniques que commence "Mozart : Le Dernier Secret" Mozart est à Prague et sa visite à la loge est parfaitement conforme à la réalité historique du personnage.

Wolfgang Amadeus a laissé aux francs-maçons les trois oeuvres majeures qui résument à la fois son parcours initiatique et sa philosophie de vie : "La clémence de Titus" , "La flûte enchantée" et le "Requiem". A sa mort, son frère maçon Hensler prononça le plus beau des éloges funèbres :

Partition du jeu Mozart

« Le Grand Architecte de l’Univers vient d’enlever à notre Chaîne fraternelle l’un des maillons qui nous étaient les plus chers et les plus précieux. Qui ne le connaissait pas ? Qui n’aimait pas notre si remarquable frère Mozart ? Il y a peu de semaines, il se trouvait encore parmi nous, glorifiant par sa musique enchanteresse l’inauguration de ce Temple. Les artistes meurent après avoir consacré leur vie à améliorer leur Art pour atteindre la perfection. L’admiration de tous les accompagne jusqu’au tombeau. Pourtant, si des peuples pleurent, leurs admirateurs ne tardent pas, bien souvent, à les oublier. Leurs admirateurs peut-être, mais pas nous leurs frères ! La mort de Mozart est pour l’Art une perte irréparable. Ses dons, reconnus depuis L’enfance, avaient fait de lui l’une des merveilles de cette époque. L’Europe le connaissait et l’admirait. Les Princes l’aimaient et nous, nous pouvions l’appeler : " mon frère ". Mais s’il est évident d’honorer son génie, il ne faut pas oublier de célébrer la noblesse de son coeur.

Il fut un membre assidu de notre Ordre. Son amour fraternel, sa nature entière et dévouée, sa charité, la joie qu’il montrait quand il faisait bénéficier l’un de ses frères de sa bonté et de son talent, telles étaient ses immenses qualités que nous louons en ce jour de deuil. »

Jeu concerné