Warning: Use of undefined constant test_auteur - assumed 'test_auteur' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 750
Test de Enquête à la cour d'Aliénor d'Aquitaine : L'Emerillon - Planète Aventure
Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Enquête à la cour d'Aliénor d'Aquitaine : L'Emerillon
Développeur Nemopolis
Éditeur Nemopolis
Distributeur Nemopolis
Date 2005
Genre Histoire / Junior
Vue 3e personne 2D
Série Oscar
Compatibilité Windows 98 / Windows 2000 / Windows XP
Plateforme(s) Mac | PC
Gameplay Point & Click
Test par Padichah
L'Emerillon est un jeu d'aventure historique développé et édité par la société Nemopolis. Vous incarnez Oscar et partez à la poursuite du terrible Docteur Du Noï, parti récupéré l'Emerillon en 1137 dans la ville de Poitiers.

Tout d'abord il faut savoir que L'Emerillon s'adresse à un jeune public, entre 7 à 12 ans maximum. Après cet âge, l'interêt du jeu n'est plus vraiment présent.
On vous propose donc de découvrir à travers ce jeu ludo-éducatif, le monde tel qu'il était en 1137, et plus précisemment la ville de Poitiers, capitale d'Aquitaine à l'époque. Cependant, je n'ai pas trouvé que le jeu nous apprenait énormément de choses comme ça nous a été annoncé. Alors bien sûr, vous pouvez consulter à tout moment une encyclopédie sur le Moyen-âge, mais ce n'est absolument pas obligatoire. On regrette alors qu'il n'y ait pas d'énigmes dont la solution se trouverait dans cette encyclopédie, le joueur devant se documenter pour avancer. D'ailleurs en parlant d'énigmes, sachez qu'il sera très facile de finir le jeu. Vous ne resterez jamais bloqué. Vous passerez la majorité de votre temps à vous rendre au bon endroit pour parler à la bonne personne ou bien trouver le bon objet qui sera apparu. Oui, car des objets apparaissent et disparaissent en fonction de votre avancée. Cela marche aussi sur les personnes qui seront présentes où non. Cela donne une extrême linéarité du jeu. Rien ne pourra être fait dans le désordre, l'objet ne sera pas pris ni même vu tant qu'on en a pas l'utilité immédiate.
Concernant l'autres partie des énigmes, elles sont sous forme de petits jeux d'adresse ou de puzzle. Attention je parle de vrais puzzles. Par exemple il vous faudra à un moment reconstruire une facade d'église, vous devrez ainsi faire un puzzle pour que cela soit fait.

Côté gameplay c'est du pur point and clic, et je ne pense pas qu'il y ait un jeu avec une jouabilité plus simple que celle de l'Emerillon. En effet, il faudra vous servir uniquement de votre bouton gauche de souris, même pour les jeux d'adresse. Je parlais tout à l'heure d'une grande linéarité, ce syteme de jouabilité accentue donc ce phénomène.
Et pour continuer sur ce point c'est au niveau des dialogues que ça se passe. Aucun choix de réponse ne vous est proposé. Vous cliquez sur un personnage et vous allez lui dire exactement ce que vous cherchez, à part une énigme qui fait un clin d'oeil aux célèbres combats d'insultes de Monkey Island. Cependant, j'ai trouvé cette énigme longue et ennuyeuse. D'autant plus qu'elle est répétée deux fois dans l'aventure. Vous n'avez pas besoin non plus de chercher longtemps la bonne personne à qui parler car le plus souvent on vous l'aura indiquée. Pas non plus de grande réflexion à ce niveau.

Côté animation je suis assez partagé. D'un côté les sprites des personnages ne sont pas trop mal faits, même si Oscar, le héros, a une démarche qui ne me revient pas, assez risible. Mais le plus génant c'est la lenteur de déplacement. Quand je dis déplacement ce n'est que lors de changement de map. Très rarement Oscar se déplacera sur votre écran. Il restera à un point, près de la personne à qui parler. De ce fait, l'objet qui se trouve à l'autre bout de la pièce, voire même en hauteur et impossible à atteindre, se retrouvera dans votre inventaire juste en cliquant dessus. Mais quand vous changez de map, vous pourrez voir le personnage sortir, mais lentement... De plus, si vous avez cliqué pour faire une action, rien à faire pour l'annuler, le personnage la fera. Heureusement, les développeurs ont eu la chouette idée de mettre à votre disposition une carte, accessible en haut à gauche de votre écran, vous permettant de changer d'endroit en quelques clics de souris seulement. On regrettera que cette carte ne puisse pas nous emmener dans tous les endroits et il vous faudra souvent finir votre course en marchant.

Quand à l'inventaire il est accessible en emmenant votre souris à gauche de l'écran. Je dirais que ce n'est pas un choix très judicieux car lorsque vous voudrez vous diriger vers la droite, l'inventaire viendra souvent vous faire barage. Parfois énervant. Et en ce qui concerne cet inventaire sachez aussi qu'il ne vous faudra jamais assembler deux objets entre eux.

Côté réalisme, franchement ça aurait pu être beaucoup mieux. Peut-être qu' historiquement c'est une vraie ville, de vrais lieux et de vrais personnages (et encore, les personnages historiques ne seront qu'aperçus au cours du jeu), mais alors côté réalisme des actions et des événements, faudra revenir. Je vous parlais un peu plus haut d'une facade d'église à reconstruire. Il y a un seul ouvrier qui y travaille et vous, vous la refaites en quelques minutes. Je ne fais pas de thèse sur le moyen-âge mais il me semble quand même qu'il fallait quelques décennies pour faire une église, et que les ouvriers ne se comptaient pas au nombre de un... Quand à la fin, vous devrez passer un jeu d'adresse en tirant sur un dragon volant avec des pains bénis. Je vous laisse conclure.

Je vais maintenant finir sur le seul point positif de ce jeu, les graphismes. De ce côté, je dois avouer que c'est vraiment bien réussi. Les décors en 2D m'ont beaucoup plu, et la recherche du détail est assez bien poussée. Mais c'est la preuve que de bons graphismes ne font pas tout un jeu.

Au final, L'Emerillon m'a déçu sur pas mal de points, notamment sur le côté historique du jeu, totalement délaissé. Il ne reste donc plus qu'une succession de petites énigmes pour finir le jeu, en quelques heures seulement.

Ce test de Padichah provient du Sanctuaire de l'Aventure, qui a fermé ses portes en septembre 2009