Warning: Use of undefined constant nb_avis - assumed 'nb_avis' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 221

Warning: Use of undefined constant test_auteur - assumed 'test_auteur' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 750
Test de Grim Fandango - Planète Aventure
Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Grim Fandango
Développeur LucasArts
Éditeur LucasArts
Distributeur UbiSoft
Date 1er oct 1998
Genre Humour / Polar / Fantastique
Vue 3e personne 3D
Série Grim Fandango
Compatibilité Windows 95 / Windows 98 / Windows XP
Plateforme(s) PC
Gameplay Clavier
Test par Makidoo
Un univers hors du commun, des personnages et des lieux à foison, un scénario digne d’un long métrage, une réalisation exemplaire, une musique et un doublage impeccable, une durée de vie hors du commun, non, vous ne rêvez pas, ce jeu existe bel et bien et il a pour nom : Grim Fandango !

Supervisé par le grand Tim Shafer (Day Of The Tentacle et Full Throttle), ce jeu est probablement le dernier grand chef-d’œuvre de Lucasarts, en matière de jeu d’aventure (Escape from Monkey Island, qui sortira 2 ans plus tard, même s’il demeure sympathique et beau, ne lui arrive pas à la cheville).

Vous dirigez Manuel Calavera (dit Manny) au royaume des morts, agent de voyage du DDP (Département De la Mort), et vous accompagnez les personnes récemment décédées dans leur dernier voyage, en essayant de leur revendre les plus belles offres. Or, complots et magouilles sont à l’ordre du jour au DDP, et vous allez embarquer pour quatre années dans une (en)quête extraordinaire.

Des graphismes somptueux en 3D vous accompagneront le long des différents et très nombreux lieux que vous pourrez parcourir, notons tout de même que les personnages modélisés en 3D eux aussi ont légèrement vieilli graphiquement (on sent bien les polygones !), mais ils possèdent un charme et une véritable originalité graphique (on peut penser d’ailleurs aux personnages du long métrage "L’Etrange Noël de Monsieur Jack"). Il semble qu’un soin particulier ait été apporté aux décors et à l’environnement, tant au niveau des couleurs que des lumières, et ceux-ci possèdent une véritable densité. Les cinématiques, elles aussi très nombreuses, sont une véritable réussite en terme d’animation, et parfaitement intégrées à l’ensemble, il règne une véritable cohérence tout au long du jeu. Ajoutons que les angles de prise de vue et différents cadrages possèdent une inspiration cinématographique très réussie en terme de réalisation.

Le doublage est véritablement exemplaire : la voix et l’accent mexicain de Manny collent parfaitement au personnage, tout comme les voix suaves et sensuelles de Mercedes Colomar ou Olivia Ofrenda. Les dialogues sont riches et souvent drôles (avec une légère pointe de cynisme parfois, mais nous sommes au pays des morts, ne l’oublions pas !), sans être trop omniprésents. La musique elle aussi est une véritable réussite (avec des transitions impeccables entre les différents tableaux), en allant du Jazz jusqu’à la musique traditionnelle mexicaine.

Le scénario quant à lui est un petit bijou, alliant traditions et folklore sud-américain, en passant par le roman et les films "noirs", ou encore les films d’espionnage, avec de multiples rebondissements et retournements de situation, ainsi qu’une foule de personnages ayant chacun leur caractère propre. Le déroulement de l’action découpé en 4 années, avec leur évolution, est une formidable trouvaille, et on a réellement l’impression d’assister à une petite épopée. Cette épopée est d’ailleurs très longue, et on a rarement eu l’occasion d’avoir une telle densité au niveau de la trame de l’histoire dans un jeu d’aventure, ce qui lui confère une durée de vie extraordinaire (finalement, presque trop longue, mais là je chipote !)

Parlons maintenant de la jouabilité, qui n’est malheureusement pas une réussite (et qui sera reprise dans le dernier épisode de la saga Monkey Island). En effet vous dirigerez votre personnage uniquement à l’aide du clavier (ou d’un pad), et il faut une certaine habitude avant de maîtriser parfaitement la prise en main, et celle-ci peut parfois s’avérer pénible et chaotique.

La difficulté de Grim Fandango est relativement élevée (mais qui a dit que les jeux Lucasarts étaient faciles ?!), et une petite soluce sous la main ne vous sera pas superflue, si vous ne voulez pas errer dans certains tableaux pendant des heures...En effet, certaines énigmes sont très difficiles à résoudre, je pense notamment au panneau dans la forêt Pétrifiée, ou encore à l’ouverture du coffre-fort au Bord du Monde...Mais en revanche, la plupart restent plutôt logiques, et les concepteurs se sont surpassés en terme de diversité : cela va de l’association d’objet avec un élément interactif du décor, en passant par le déblocage par un dialogue, ou encore par la manipulation de machines, certaines énigmes vous demanderont aussi d’avoir un bon timing...
Grande diversité donc, ce qui empêche toute lassitude par une résolution des énigmes systématique, et ce qui allonge aussi considérablement la durée de vie du jeu.

L’ensemble du jeu est une véritable réussite, tant en terme de scénario que d’énigmes (toutefois relativement difficiles), les différents tableaux parcourus sont d’une originalité sans failles, riches et graphiquement très beaux. Seule une jouabilité peu intuitive peut rebuter certains joueurs, habitués au déplacement à la souris uniquement. Grim Fandango est probablement l’un des plus beaux et meilleurs jeux d’aventure jamais conçus, et son univers particulier vous poursuit encore longtemps une fois le jeu terminé, de par la profusion des personnages et des évènements rencontrés, ainsi que l’originalité et le charme de ses graphismes.

Ce test de Makidoo provient du Sanctuaire de l'Aventure, qui a fermé ses portes en septembre 2009