Warning: Use of undefined constant nb_avis - assumed 'nb_avis' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 221

Warning: Use of undefined constant test_auteur - assumed 'test_auteur' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 750
Test de Berlin 1943 - Planète Aventure
Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Berlin 1943 Les Secrets de l'opération Wintersun
Développeur DTP
Éditeur Anaconda
Distributeur Micro Application
Date 1er jan 2007
Genre Guerre / Espionnage
Vue 3e personne 2.5D
Série Jon Russel
Compatibilité Windows XP
Plateforme(s) PC
Gameplay Point & Click
Test par Makidoo
Berlin 1943 nous plonge, comme son nom l’indique, au cœur de le seconde Guerre Mondiale, thème rarement exploité dans un jeu d’aventure. On y incarne un physicien anglais du nom de John Russel, contacté par les services secrets britanniques, le MI6, pour infiltrer les lignes allemandes et vérifier la véracité de leurs recherches sur une potentielle arme nucléaire.

Si le thème de départ est réellement intéressant, et pour le peu original, celui-ci a malheureusement été sous-exploité. Le jeu manque cruellement d’atmosphère, et on se dit que si cette histoire d’espionnage se passait dans le Larzac en 1964, cela n’aurait finalement pas changé grand chose…En effet, notre John Russel, épaulé par deux agents secrets, semble un peu perdu au milieu de ce conflit, laissé entièrement à lui-même (les deux agents ne seront d’aucune aide, attendant bêtement que vous trouviez une solution, à quelques rares exceptions, pendant lesquelles vous devrez leur demander d’agir), n’éveillant aucun soupçon quant à son origine britannique chez les autochtones allemands (il parle couramment allemand, soit, mais il aurait été agréable d’exploiter un léger accent le trahissant parfois…), et pénétrant avec une grande facilité dans des enceintes allemandes, surveillées par des soldats imbéciles. Bon, faisons abstraction de ces défauts et intéressons-nous au reste du jeu.

Le gameplay est des plus aisés, le jeu étant un pur point & click, tout se joue à la souris, un clic gauche pour observer ou se diriger, un clic droit pour agir sur un item. De nombreuses associations d’objets seront nécessaires à la résolution de certaines énigmes (vous êtes physicien, ne l’oubliez pas… !) et votre inventaire sera conséquent. Celui-ci est par ailleurs immédiatement accessible en bas de l’écran. Cependant quelques touches du clavier pourront vous faciliter la tâche : la barre "espace" permettant de zapper les dialogues ; la touche "tabulation" dévoilant les issues de chaque écran ; et, en mode débutant uniquement, la touche "retour" faisant apparaître tous les objets et différents items d’un décor. On pense avec cette fonction à la "Snoop Key" de Secret Files Tunguska, ou encore à la touche "F10" de Simon The Sorcerer. Et on se dit que celle-ci n’est pas un luxe, tant certains objets sont bien cachés… ! En effet, la chasse aux pixels sera assez fréquente pour trouver certains items.

La difficulté du jeu est tempérée, car tout demeure très logique, mais votre sens de l’observation sera régulièrement mis à rude épreuve, sous peine de passer à côté d’un élément important dans un décor. Je ne saurais que trop conseiller de passer au peigne fin chaque nouveau décor avec votre souris…Quelques puzzles classiques seront également de la partie (ouverture de coffre, de passage secret, etc…), jamais insurmontables. En revanche, j’ai malheureusement été victime d’un ralentissement extrême du jeu sur un puzzle d’engrenages, ralentissement qui s’est avéré extrêmement pénible pour la bonne résolution du puzzle (la souris mettant un temps fou à se déplacer). Un autre défaut : à un moment de l’aventure, vous devrez ramasser un paquet de cigarettes. Or, une fois celui-ci collecté dans votre inventaire, la désignation "cigarettes" apparaît toujours à l’endroit sur lequel vous l’avez pris, et vous pourrez le ramasser indéfiniment… ! Le jeu est sinon plutôt fluide, hormis un temps de chargement assez long et pénible entre chaque décor.

Les graphismes sont plutôt réussis, on a affaire à de la bonne 2.5 D, quelques animations ont été placées ça et là pour donner un tant soit peu de vie. Le doublage est de très bonne facture, même si les personnages rencontrés manquent cruellement de charisme (y compris celui que l’on incarne… !). Tout cela reste très (trop) sérieux, malgré quelques notes d’humour disséminées ça et là (l’ivrogne, la serveuse de l’auberge, Anne Taylor). Quelques cinématiques seront visibles, d’assez bonne facture, mise à part celle de fin, dont la résolution laisse un tant soit peu à désirer. Cette fin est par ailleurs rapidement expédiée, la conclusion arrivant trop rapidement.

La durée de vie est plutôt correcte, il faut compter entre 10 et 15 heures minimum pour venir à bout de l’intrigue, un peu plus si vous êtes bloqué faute d’avoir trouvé l’item salvateur ! Quelques passages requièrent d’ailleurs un bon sens du timing, car vous serez amenés à esquiver quelques gardes ou patrouilles allemandes de temps en temps, ou encore à effectuer une action en un temps imparti (vous aurez le temps !). Ces passages étant plutôt bien intégrés au jeu, et n’étant pas à proprement parler de réels passages d’infiltration (d’autant plus que si vous vous faites repérer, l’action précédente recommencera automatiquement à son début), amateurs de jeu d’aventure pur et dur, pas de panique !

Manquant au final cruellement de charme et d’ambiance, Berlin 1943 n’est tout de même pas un mauvais jeu d’aventure, loin de là. Il possède suffisamment d’intérêt pour maintenir l’attention du joueur jusqu’à son dénouement. Les énigmes, jamais farfelues sont très bien intégrées au jeu, et la période évoquée ajoute un plus. Mais il est dommage de constater que les développeurs semblent s’être contentés du minimum syndical pour produire un bon jeu d’aventure, certes, mais dénué d’âme.

Ce test de Makidoo provient du Sanctuaire de l'Aventure, qui a fermé ses portes en septembre 2009