Warning: Use of undefined constant nb_avis - assumed 'nb_avis' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 221

Warning: Use of undefined constant test_auteur - assumed 'test_auteur' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 750
Test de Still Life - Planète Aventure
Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Still Life
Développeur Microids
Éditeur MC2 France
Distributeur The Adventure Company
Date 14 avr 2005
Genre Thriller
Vue 3e personne 2.5D
Série Trilogie McPherson
Compatibilité Windows XP / Vista / Windows 7
Plateforme(s) PC | Xbox
Gameplay Point & Click
Test par Makidoo
Still Life se présente comme un jeu d’aventure résolument "adulte".

En effet, vous allez être amené à enquêter sur des meurtres sordides, toujours perpétrés sur des jeunes femmes, en vous mettant à la fois dans la peau de Victoria Mc Pherson (agent du FBI), dans le Chicago d’aujourd’hui, et celle de Gus Mc Pherson (détective privé, grand-père de Victoria, et précédemment rencontré dans le jeu "Post Mortem"), dans le Prague des années vingt.

Après une cinématique "bluffante", que je qualifierais de générique, nous voilà directement plongé dans le vif du sujet…

En effet, pas d’introduction ni même d’explications sur les précédents homicides commis, ici, à l’instar d’un film, nous sommes amenés directement au cours d’une histoire qui a déjà commencé.

Et c’est bien avec le grand écran que l’on peut faire beaucoup de rapprochements.

On commence par une ambiance à la "Seven", avec cette première collecte d’indices dans un "squatt" de Chicago, pour poursuivre avec une atmosphère à la "Jack l’éventreur" dans le Prague des années 20, lorsque Victoria se plonge dans le carnet de son grand-père, et l’on fera de multiples va et vient entre le passé et le présent, avec d’autres références cinématographiques, comme "Le Silence des Agneaux" ou bien même "Eyes Wide Shut" (je pense notamment à l’atmosphère équivoque de la Lanterne Rouge…ou ce fameux masque blanc…).

Cette ambiance de type "thriller" ne nous quittera pas jusqu’à la fin ( ?) de l’enquête.

Le scénario est en tout cas à la hauteur des influences citées précédemment, l’enquête est passionnante de bout en bout, on veut réellement en savoir plus sur ces meurtres en série et sur l’homme qui se cache derrière tout ça ; le suspens et l’intrigue sont renforcés par l’alternance entre les deux époques et leurs similitudes troublantes…

Ajoutons à cela un doublage exemplaire et exceptionnel (digne des meilleures productions cinématographiques) et des dialogues impeccables et étonnants de naturel et de spontanéité.

La musique est elle aussi parfaite, remarquablement intégrée aux différentes ambiances et aux lieux visités.

Rien à dire également sur les décors eux aussi très réussis, d’une finesse et d’un réalisme plus que louable, ainsi que des éclairages parfaitement maîtrisés. Notons par ailleurs que les deux époques au travers desquelles nos personnages évoluent possèdent chacune leur atmosphère : des tons sépias pour le Prague des années 20, et des tons froids et des textures déshumanisées pour le Chicago contemporain.

Les différentes cinématiques que l’on verra au fil du jeu sont intégrées intelligemment, toutes aussi réussies les unes que les autres, et contribuent elles aussi à entretenir le suspens et l’atmosphère inquiétante de l’intrigue.

Donc pour l’instant, rien à redire à la réalisation en elle-même du jeu, elle est impeccable, même si l’on peut simplement déplorer que les personnages n’aient pas tous cette même rigueur quant à leur modélisation.

Les différents reproches que l’on peut faire à Still Life sont surtout sa trop courte durée de vie, due justement au fait que les concepteurs ont apparemment privilégié la réalisation au détriment du "jeu" lui-même !…

En effet, l’avancée dans l’intrigue ne rencontre aucune difficulté majeure (si ce n’est cette serrure qui a de quoi donner du fil à retordre à bon nombre de joueurs !), un simple balayage en règle de l’écran vous permettra de trouver assez rapidement l’objet qui vous permettra d’avancer, et la plupart du temps, l’objet nécessaire se trouve toujours à proximité de l’endroit où vous êtes susceptible de peiner !…(tiens, un corde et un bout de bois, que vais-je bien pouvoir en faire ?!…). De même que le système des dialogues avec un mode de conversation double (professionnel ou personnel), s’il est original (bien que repris et simplifié par rapport à Post Mortem) n’apporte strictement rien à la progression dans le jeu ! Son seul intérêt si je puis dire est de donner de l’étoffe aux personnages (les problèmes de Miller avec sa petite amie, ou bien encore ceux de Claire avec sa fille), tout comme les coups de téléphone portable que reçoit Victoria, à l’instar d’une Kate Walker de Sybéria…Tout cela donne de l’envergure au jeu et à ses protagonistes, et c’est très bien, mais jamais une réplique judicieusement choisie ne fera plus avancer l’enquête qu’une autre.

Le système d’inventaire est assez simple, et le fait de pouvoir zoomer sur certains éléments est assez judicieux puisqu’il nous permet parfois de trouver des indices !…

Les différents puzzle rencontrés sont assez faciles, excepté, je le répète, cette serrure chez Mark, assez corsée je dois dire, et on peut aussi féliciter les concepteurs d’avoir un peu renouvelé le principe du jeu du taquin, puzzle régulièrement utilisé dans les jeux d’aventure actuels (Black Mirror par exemple). On peut aussi se demander ce que vient faire cette recette de cuisine que doit réaliser Victoria pour son père, qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe (sans mauvais jeu de mot !), ou bien encore cette séquence d’infiltration au travers de lasers (même si elle est très bien réalisée !), on a presque l’impression de se retrouver dans un passage du "Manuscrit de Voynich"…Tout cela donnerait presque à penser que les développeurs du jeu aient eu besoin de rajouter un peu de durée de vie, sans réelle inspiration, et c’est un peu dommage.

Le problème majeur du jeu est aussi ce sentiment permanent d’être sur des rails (un peu à l’instar du jeu "Jack l’éventreur"), sans réel choix multiples (les personnages rencontrés ou les réflexions des deux héros suffisent largement, et même un peu trop, à nous guider dans nos décisions), et de ne pas avoir suffisamment de liberté d’action pour être bloqué à certains moments.

Souhaitons que ces défauts soient corrigés dans une suite potentielle (au regard de cette fin, qui laisse présager une continuation de l’enquête..), car dans l’ensemble ce jeu possède quand même une atmosphère et un charme incomparable.

Still Life est tout de même un excellent jeu, d’une beauté et d’un réalisme saisissant, au scénario extrêmement bien ficelé, mais une relative facilité peut hélas décevoir le joueur d’aventure confirmé... et exigeant !