Warning: Use of undefined constant nb_avis - assumed 'nb_avis' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 221

Warning: Use of undefined constant test_auteur - assumed 'test_auteur' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 750
Test de Scratches - Planète Aventure
Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Scratches Dans l'antre de la peur
Développeur Nucleosys
Éditeur Micro Application
Distributeur Micro Application
Date 16 juin 2006
Genre Horreur
Vue 1ère personne 3D
Série
Compatibilité Windows 2000 / Windows XP / Vista
Plateforme(s) PC
Gameplay Point & Click
Test par Makidoo
1980, dans ce jeu d’aventure de facture classique, vous incarnez un écrivain anglais, Michael Arthate, dont le premier roman d’épouvante a fait récemment sensation. Fort de ces très bonnes ventes, votre porte feuille bien garni, vous avez nouvellement acquis un vieux manoir victorien isolé, sur les conseils d’un ami travaillant dans l’immobilier.

Jeu d’aventure à la première personne en point & click, Scratches s’inscrit dans la lignée des jeux d’épouvante tels que "The 7th Guest" ou encore "Blackstone Chronicles". Il va falloir arpenter les nombreuses pièces du manoir (qui n'est pas sans rappeler la maison de Norman Bates, dans le film Psychose d'Alfred Hitchcock), ainsi que le domaine extérieur (avec son parc, sa serre, sa chapelle, son garage et sa crypte), et surtout faire preuve d’un bon sens de l’observation.

Les graphismes s’ils ne sont pas extraordinaires, participent à l’ambiance inquiétante du scénario, les textures sont assez bien rendues dans l’ensemble, les couleurs sales et délavées contribuent à renforcer le côté lugubre du manoir et de l’histoire générale. Nous ne sommes pas dans l’hyperréalisme dernier cri, mais bon, on est en 1980 oui ou non ?!

On dirige son curseur d’écran en écran, avec une vue subjective incluant une rotation panoramique, qui, soulignons-le, ne donne pas mal au cœur et c’est tant mieux !

Le curseur se transforme selon les actions à accomplir, un doigt pointé pour se diriger, une main tendue pour prendre ou actionner, une loupe pour observer . Un simple clic gauche et l’action sera opérée. Le clic droit vous donne accès à l’inventaire, dans lequel seront réunis les objets que vous pourrez ramasser, certains objets pourront également être combinés entre eux.

Le scénario est assez bien ficelé, cela commence simplement par la découverte des lieux, entachée par une panne d’électricité bien malencontreuse ! Au fil de la flânerie, on découvre divers manuscrits qui vont rapidement nous aiguiller sur ce qui s’est tramé (et se trame encore ?) dans le manoir…Les lectures seront nombreuses et plutôt bien écrites, même si leur lisibilité n’est pas des plus heureuses…

Les énigmes se résument quant à elles à la recherche d’objets, leur interaction avec d’autres items ou éléments du décor (non, il n’y aura pas de puzzle, si ce n’est l’ouverture d’une boîte qui ne procure pas de difficulté majeure… !). Le défaut majeur du jeu demeure cette linéarité assez marquée qui pointe rapidement le bout de son nez. En effet, il faut être très scrupuleux dans ses recherches, au risque de devoir fouiller à nouveau les lieux, car le moindre élément omis vous bloquera rapidement. On ne peut pas anticiper non plus nos actions (creuser par exemple…), il faut se plier au bon déroulement des évènements dans l’ordre préétabli, cela peut s’avérer frustrant.... Une fois telle action effectuée, le scénario continuera sa progression jusqu’au dénouement final (un peu expéditif ceci dit…).

Les seuls liens que vous aurez avec l’extérieur seront un téléphone et une boîte aux lettres, qui s’avèreront également indispensables pour la progression de l’aventure. On retrouve donc ce qui avait pu faire défaut dans un jeu tel que "Devinez Qui ?", à savoir le manque d’informations sur votre progression, ce qui amène souvent à devoir se promener un peu partout pour vérifier si tel élément n’a pas été oublié, ce qui peut s’avérer parfois pénible. C’est dommage, car l’ambiance du jeu est bien rendue mais cela peut gâcher un peu le plaisir.

Les bruitages sont corrects et le doublage bien réalisé. La musique sait se faire discrète mais elle est plutôt réussie, là encore bien dans le ton de l’histoire, même si j’aurais aimé un peu plus de crescendo au fur et à mesure de l’évolution, la tension n’arrive finalement jamais vraiment à se faire très pesante.

La durée de vie quant à elle n’est pas énorme, mais elle est assez subjective car on peut se retrouver bloqué parfois assez longtemps si un objet n’a pas été repéré ou une action non réalisée. Notons qu’un système d’aide est intégré au jeu (au choix du joueur de l’utiliser ou pas), votre personnage fera quelques réflexions s’il estime que vous n’avez pas exploré un lieu à fond. Ce système peut s’avérer parfois utile.

Scratches est un jeu d’aventure à l’ambiance lugubre bien restituée, dans laquelle on s’immerge assez rapidement. Premier jeu des développeurs de Nucleosys, celui-ci n’est pas exempt de défauts (une trop grande linéarité, des allers-retours parfois pénibles, une durée de vie un peu faible), souhaitons simplement que ces défauts soient corrigés à l’avenir. Mais pour un jeu finalement très classique, Scratches se révèle plutôt bien conçu et agréable.

Ce test de Makidoo provient du Sanctuaire de l'Aventure, qui a fermé ses portes en septembre 2009

------------------------------
A propos de Scratches Edition Collector

Avant de commencer, je dois préciser que cette critique porte sur la réédition complétée d’un jeu d’aventure que Makidoo avait critiqué lors de sa sortie. Avant de lire les lignes qui suivent, je vous invite donc à lire d'abord le texte de Makidoo, ci-dessus.

Un an après la sortie de Scratches, voilà donc que ce jeu ressort, nanti – si l’on en croit la jaquette – d’"une nouvelle fin alternative", de "plus de 3 heures de jeu supplémentaires", de "graphismes améliorés"… "et plus encore" (sic). Annonçons tout de suite la couleur : on aura bien du mal à trouver tous ces petits "plus"…

Au lancement, le joueur a le choix entre jouer à "Scratches : édition collector" ou à "Scratches : La dernière visite". Allons-y pour "Scratches : Édition collector"…

L’épithète "collector" laissait éventuellement présager quelques modifications par rapport au Scratches original. Or, tout au long du jeu, on se rend compte que cette version "collector" est en tout point identique à "Scratches" tout court ! Des différences existent-elles ? Si c’est le cas, elles ont su se faire très discrètes ! Y compris en ce qui concerne les graphismes où, si améliorations il y a, elles se cachent fichtrement bien !

Passons maintenant à "Scratches : La dernière visite" (après tout, c’est ce qui avait éveillé mon intérêt). L’histoire se situe quatre ans après le bref – mais néanmoins éprouvant – séjour de Michael Arthate dans le manoir Blackwood. La bâtisse est sur le point d’être démolie et Peter Banks – un journaliste que le joueur incarne – est chargé par son patron de s’y rendre afin d’y dénicher in extremis quelques indices susceptibles d’éclaircir l’affaire. Banks découvre un manoir pillé et vandalisé mais il va falloir qu’il se débrouille avec les moyens du bord (principe immuable du jeu d’aventure !)… Avouons-le : ce ne sera pas bien difficile et, surtout, pas bien long ! La durée de vie de cet épisode additionnel est en effet invraisemblablement courte : selon les joueurs, il faudra compter entre un petit quart d’heure et une demi-heure (en comptant les vidéos d’introduction et de fin). En outre, ce "croupion" n’est pas particulièrement passionnant et, même s’il apporte quelque éclaircissement sur l’affaire, il aurait mieux valu qu’il fût téléchargeable gratuitement, ne serait-ce que dans un souci d’honnêteté vis-à-vis des joueurs. Pour tout dire, une bête démo est en général plus intéressante.

Diantre ! Mais où sont donc passées les 3 heures supplémentaires annoncées sur la jaquette ?! Eh bien, je vais vous le dire : 3 heures, c’est approximativement le temps qu’il faudra à quelqu’un qui a déjà terminé Scratches pour le refaire intégralement et "torcher" (pardonnez-moi l’expression) l’épisode additionnel !

Passons rapidement sur le gameplay (identique à la version d’origine) : c’est du point & click en vue subjective à 360°. Passons tout aussi rapidement sur les graphismes : c’est toujours lugubre mais aucune amélioration qualitative n’est à signaler. Quant aux énigmes, bah ! est-ce vraiment nécessaire d’en parler ?

Pour finir, il reste à signaler que les plantages ne sont pas rares (retour Windows avec message d’erreur, perte de son). Je conseille donc vivement d’effectuer des sauvegardes très régulières.


En résumé :

– "Une fin alternative" : Bien peu de chose en réalité.
– "Plus de 3 heures de jeu supplémentaires" : Ah bon ? Où ça ? Il manque un CD dans la boîte que j’ai achetée ?
– "Des graphismes améliorés" : Bizarre, je n’ai rien remarqué… Quelqu’un connaît l’adresse d’un bon ophtalmo ?
– "Et bien plus encore" : Je ne dois pas avoir la même conception de l’adverbe "plus".

Deux cas de figure :

1. Vous ne connaissez pas Scratches. Dans ce cas, vous pouvez acquérir cette version "collector" : vous pourrez jouer à la version originale qui reste, même un an après sa sortie, un jeu d’aventure globalement bien pensé, en dépit de ses imperfections.

2. Vous possédez déjà la version originale de Scratches. Dans ce cas, ne faites pas comme moi : passez votre chemin et, si vous souhaitez y rejouer, réinstallez la version originale. À moins que vous n’ayez envie de dépenser 30 € pour un ersatz d’addon qui crie famine…


Guidoflap