Plančte Aventure
The Wardrobe (Online)
Développeur C.I.N.I.C. Games
Éditeur Adventure Productions
Distributeur steam
Date 31 mai 2017
Genre Humour / Horreur / Cartoon
Vue 3e personne 2D
Série
Compatibilité Windows 7 / Windows 8 / Windows 10
Plateforme(s) Mac | PC
Gameplay Point & Click
Test par Redd
The Wardrobe est un point'n click développé par Francesco Liotta dans lequel nous incarnons Skinny, un jeune garçon décédé des suites d'une oedeme de quinck après une absorption de prune durant un pique-nique avec son meilleur ami.

Ce dramatique événement nous est conté dans l'introduction, mais n'est finalement prétexte qu'à mettre en place une situation rigolote puisque notre personnage sera... un squelette. Skinny n'est pas monté au ciel, ni descendu en enfer, il est simplement resté sur Terre sous une forme on ne peut plus décharnée. Il sort alors de sa chère garde-robe lui faisant office de cercueil, pour découvrir avec stupeur que son bon vieux poto n'est plus là : et pour cause, il déménage. Horreur ! La mission de Skinny durant tout le jeu va alors être de faire en sorte de retrouver son ami, afin que ce dernier puisse soulager sa conscience et éviter les affres de la damnation éternelle (brrr...).



Un jeu faisant la part belle Ă  l'humour


Côté humour, c'est réussi si on aime le style "Sam'n Max" ou "Day of the Tentacle". Les nombreuses répliques de Skinny font souvent mouche (la traduction FR est d'ailleurs très réussie), les dialogues ne servent bien souvent que pour l'ambiance à la façon d'un LucasArts de l'époque, et la résolution de certaines énigmes fait vraiment sourire.

En outre, le jeu fourmille de références à la pop culture, que ce soit dans les textes ou les dessins. On retrouvera du cinéma : E.T, Alien, Terminator, Matrix, Harry Potter, Chucky, l'Age de Glace, le Seigneur des Anneaux, SOS Fantômes... des séries TV : Dexter, Games of Thrones, The Walking Dead... Des jeux vidéos : Pacman, Day of the Tentacle, Grim Fandango, Skyrim, Worms, The Witcher, Angry Birds, Fallout.... Du manga : Dragon Ball, One Piece, Ranma 1/2, Death Note... et j'en oublie certainement des dizaines d'autres !

On prendra ainsi du plaisir à regarder, activer, prendre chaque élément interactif des décors et essayer tout et n'importe quoi afin de voir la réaction de Skinny. Bien que la plupart du temps, la réponse sera générique (et Skinny ne loupera pas l'occasion de se moquer du joueur), certaines réactions plus spécifiques seront plus amusantes.

Dommage toutefois qu'il n'existe pas d'objet pouvant être utilisé à des myriades d'endroits juste pour le fun. Souvenez vous de l'encre invisible de DOTT, ou des ciseaux de "Edna & Harvey s'évadent" par exemple. C'est typiquement le genre de détail inutile que j'apprécie dans les point'n click humoristiques, et qui n'est que peu souvent exploité.





Gameplay : un peu trop traditionnel ?


Côté gameplay, on a affaire ici à un point'n click extrêmement traditionnel. On se balade à travers différents écrans, on parle aux protagonistes, on examine chaque objet, on les ramasse, on les combine pour résoudre une énigme et on continue. Ici, point de puzzle ou de scène à la mécanique plus originale que la simple utilisation d'inventaire. Cette dernière, sans être inabordable, n'est pas si simple que ça : certaines combinaisons sont plutôt improbables, et bien que Skinny n'ait plus un poil sur le caillou, pas mal d'énigmes sont tout de même tirées par les cheveux. Le problème principal que j'ai rencontré est qu'on ne sait jamais trop quel est notre objectif. On se balade donc, en essayant un peu tout partout, on débloque des situations sans toujours comprendre l'intérêt que cela apporte. Pour ma part, je n'ai pas saisi à quoi cela servait de faire se marier la Pharaonne et la Momie...

J'avoue donc être un peu déçu sur cet aspect là. En 2017, un point'n click doit faire un peu plus que le strict minimum des années 90. La seule exception dans The Wardrobe serait peut être le "duel d'insultes" contre le gardien du musée, mais il ne casse pas trois pattes à un canard. Notons d'ailleurs qu'il permet de débloquer un succès faisant référence au duel contre la Reine des Sabres de Monkey Island : dommage que cette scène de "The Wardrobe" ne soit pas aussi réussie.

Les écrans sont très nombreux, et les objets interactifs également : attendez vous donc à ne plus savoir où donner de la tête, à la manière d'un Day of the Tentacle.





Graphismes et bande son


Graphiquement, c'est particulièrement bien dessiné. On est dans un style cartoon avec des détails dans tous les sens. Prenez votre temps pour observer chaque écran, ce sont souvent de vraies pépites. Outre l'introduction, de nombreuses cinématiques viennent agrémenter la résolution d'énigmes.

La bande son est par contre très répétitive, limite soporifique. J'aurais aimé qu'elle change un peu souvent selon les situations, et que les bruitages soient plus nombreux.
Tous les dialogues sont doublés en anglais ou en italien, ce qui est pour moi un vrai point fort pour l'immersion !

Cerise sur le gâteau, il a été sous titré en plusieurs langues dont le français !





Quelques imperfections...


J'ai quand même relevé certains défauts qui pourront agacer :

L'inventaire n'est pas des plus pratiques : il faut le faire apparaître via la molette, puis glisser à l'extérieur en maintenant la souris l'objet pour faire disparaître l'inventaire, puis relâcher le bouton quand l'objet se trouve devant celui avec lequel on souhaite interagir. Assez pénible, surtout quand on doit essayer beaucoup de combinaisons improbables.

Le jeu ne propose que 3 emplacements pour les sauvegardes, et aucune sauvegarde automatique. En 2017, c'est assez Ă©tonnant.



CONCLUSION


Vous l'aurez compris, j'ai passé un bon moment sur ce jeu. Il m'a fallu 6 à 7 heures pour en venir à bout, ce qui est une durée de vie ni exceptionnelle ni minuscule pour un point'n click.

La qualité reste globalement au rendez-vous avec un jeu qui ravira les amateurs des LucasArts des 90's !

En détail
+ - Graphismes
- Humour
- Références pop-culture
- - Inventaire peu pratique
- 3 sauvegardes uniquement
Graphisme
19 /20
Visuellement magnifiques, bourrés de détails, c'est du grand art qui nous change de la mode "retro pixel" du moment.
Jouabilité
14 /20
Je n'ai pas rencontré de bugs, mais l'inventaire est assez pénible à utiliser, et la limitation des 3 sauvegardes est plutôt incompréhensible.
Scénario
13 /20
Incarner un squelette eut été original s'il n'y avait pas déjà eu Grim Fandango. En outre, rien dans le jeu n'exploite réellement cette capacité de mort-vivant. Le reste du scénario n'est pas palpitant, et ne comptez pas sur des rebondissements de dernière minute. Cependant l'écriture est bonne, et de nombreux dialogues sont savoureux. Les PNJ sont nombreux et beaucoup ont une personnalité intéressante, au point qu'on regrette qu'ils ne servent que le temps d'une énigme.
Son
15 /20
Rien d'exceptionnel, mais il a le mérite d'être doublé en italien et en anglais, malgré le nombre important de répliques.
Intérêt général
16 /20
Ceci n'est pas une moyenne mais plutôt le plaisir ressenti durant ces quelques heures. L'objectif premier est d'être immergé dans un jeu où l'humour et l'absurde ont la part belle, et c'est indubitablement réussi de ce côté là. Si vous êtes fans des point'n click d'antan, foncez sur l'occasion. Le jeu est disponible sur Steam et Gog.