Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Simon le Sorcier 2 Le lion, le magicien et l'armoire magique
Développeur Adventuresoft
Éditeur Adventuresoft
Distributeur Adventuresoft
Date 2 jan 1995
Genre Médiéval / Fantastique / Humour
Vue 3e personne 2D
Série Simon le Sorcier
Compatibilité DOS / ScummVM / Me / Windows 2000 / Windows XP / Vista / Windows 7 / Windows 8 / Windows 10
Plateforme(s) Amiga | Android | iPad | Mac | PC
Gameplay Point & Click
Test par Makidoo
Deux ans après le premier épisode (sorti en 1993) mettant en scène Simon, un jeune adolescent plongé malgré lui dans un monde parallèle baigné d’Héroic Fantasy délirante, Simon The Sorcerer 2 reprend les ficelles qui ont fait le succès du premier opus, en y ajoutant un non sens encore plus développé !

Utilisant toujours une 2D point & click de très bonne facture, Simon 2 ne propose plus de verbes d’action pour agir sur les différents items, mais des icônes (chacune ayant sa spécificité : déplacer, regarder, ouvrir, prendre, parler, porter un habit, utiliser, donner). Autre différence, l’ajout de voix dans cet épisode, les personnages parlent, et le doublage est plutôt réussi (la voix de Simon ne ressemble pas franchement à celle d’un adolescent, mais je chipote).

Les graphismes quant à eux ne proposent pas une amélioration très franche avec le premier épisode, si ce n’est beaucoup plus d’animations dans les décors et des séquences cinématiques beaucoup plus nombreuses. Mais tous les décors sont cependant très riches en couleurs et en finesse, et ceux-ci seront très, très nombreux.

Le scénario replonge donc Simon dans la peau d’un jeune sorcier dans un monde d’Héroic Fantasy complètement délirant, beaucoup plus délirant que le premier épisode, bourré d’anachronismes et de clins d’œil : on y trouvera entre autres une parodie de Boucle D’Or et les 3 Ours, un énorme clin d’œil à Monkey Island, ou encore des autochtones de ce monde parallèle qui jouent à leur version de Donjons & Dragons, j’ai nommé Appartements et Comptables ! En terme de débilité ambiante et de loufoquerie, cet épisode surpasse en tout point son prédécesseur, et se hisse au même rang qu’un "Monkey Island 2 : Le Chuck’s Revenge". On peut également penser à l’univers déjanté de "Discworld", pour la référence médiévale-fantastique-complètement loufdingue… !

Le côté totalement absurde de Simon 2 va également lui faire défaut en terme de difficulté, car tout comme le premier épisode, il sera parfois très difficile de trouver la résolution de certaines énigmes, de par leur non sens parfois déroutant (difficulté renforcée par l’utilisation peu évidente de certaines actions avec des items pour résoudre une énigme, il ne faut donc pas hésiter à utiliser parfois tout et n’importe quoi pour se débloquer, mais avouons qu’associer l’icône "porter un vêtement" avec un chien n’est pas forcément ce qui vient en premier par la tête du commun des mortel… !). L’inventaire sera parfois conséquent, et certaines associations d’objets seront parfois nécessaires, comme dans tout bon jeu d’aventure qui se respecte.

Les lieux visité seront également très conséquents, et parfois certains endroits seront difficiles à trouver, car bien intégrés dans le décor (la touche F10 permettra encore une fois de dévoiler tous les objets intégrés, ce qui peut faciliter la tâche parfois et éviter de tourner en rond pendant des heures). On aura également une carte qui permet de se rendre rapidement dans un lieu en cliquant sur celui-ci. L’univers parcouru est encore une fois très vaste, et la durée de vie du jeu très conséquente (en ce temps là on savait créer de la durée de vie, il y avait de la matière ma bonne dame… !).

On aura le plaisir de retrouver les personnages clés du premier épisode, c’est à dire Calypso, l’ignoble Sordide, et le Marécageux, dans une histoire riche en péripéties (la fin est un grand moment !).

Sorti en 1995, Simon The Sorcerer 2 se hisse au rang des plus grands jeux d’aventures loufoques des années 90, par son humour décapant, son absurdité, ses énigmes tordues et sa durée de vie exceptionnelle. Un grand jeu jubilatoire, avec lequel on passe un très long moment. Mais tout comme le premier opus, la difficulté de certaines énigmes bien tordues peut également rapidement décourager le joueur. En revanche, les amateurs d’absurde devraient se régaler !