Warning: Use of undefined constant nb_avis - assumed 'nb_avis' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 221

Warning: Use of undefined constant test_auteur - assumed 'test_auteur' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 750
Test de The Curse of Monkey Island - Planète Aventure
Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
The Curse of Monkey Island (La Malédiction de l'Île aux Singes) - Monkey Island 3
Développeur LucasArts
Éditeur LucasArts
Distributeur LucasArts
Date 20 fév 1998
Genre Humour / Piraterie
Vue 3e personne 2D
Série Monkey Island
Compatibilité ScummVM / Windows 95 / Window 98 / Me / Windows XP / Windows 7 / Windows 8 / Windows 10
Plateforme(s) Mac | PC
Gameplay Point & Click
PC
17.3
excellent
Test par Sebkos
Cinq longues années après le second volet Monkey Island 2 : Lechuck’s Revenge, LUCASARTS nous sort enfin un troisième volet, THE CURSE OF MONKEY ISLAND sort donc en 1997 sur PC. Cette suite se doit de nous en dire un peu plus sur l’étrange et surprenante fin de Monkey Island 2 ! ! Alors apprendrons-nous ce qu’est réellement Big Whoop ? Y’aura-t-il à nouveau de sanglants combats d’insultes ? Guybrush Threepwood aime t’il secrètement Lady Voodoo ? Stan peut il parler les mains attachées dans le dos ? Vous saurez tout dans ce test…

J'ai parcouru les mers de Trinidad à Tortuga et je n'ai jamais rien vu de tel! La bague de fiançailles que j'ai donnée à Elaine est maudite. LeChuck est sûrement derrière tout ça. J'aurais dû me douter que le trésor des revenants me porterait la poisse tôt ou tard. Et comme si cela ne suffisait pas, la voyante que j'ai rencontrée dans les marais m'a fait part d'une effroyable vision : seule ma mort peut briser cette malédiction et sauver Elaine!
Extrait de "Les Mémoires de Guybrush Threepwood : Mes années sur l'Ile aux Singes."

Alors matelot, ce sera Normal ou Mega Monkey ?
D’entrée, vous serez confronté à un choix de la plus haute importance ! Vous avez a choisir entre deux modes de difficulté, tout comme le précédent volet d’ailleurs, soit une version normal (la version standard du jeu), ou bien la version Mega Monkey, avec moults énigmes en plus, bref une version pour les vrais pirates !

Si vous avez manqué le début :
Nous retrouvons notre pirate émérite, Guybrush Threepwood, dans une nouvelle situation plutôt … embarrassante ! En effet, c’est au milieu de l’océan des Caraïbes que notre héro dérive dans une auto-tamponneuse, et le « destin » l’a directement amener vers la forteresse d’Elaine Marley, qui bien évidemment est attaqué par une horde de pirates zombies. A leurs têtes, l’effroyable, l’abominable pirate zombi Lechuck !
Après quelques péripéties, Guybrush repousse Lechuck et sa horde de squelettes d’outre-tombe, et ne trouve pas mieux que d’offrir à Elaine une énorme bague trouvée dans le navire fantôme… Bien sûr cette bague est maléfique, et transforme immédiatement Elaine en statue d’or !!
Votre mission consiste, si toutefois vous l’acceptez bien sûr, à rompre la malédiction en remplaçant la bague maudite par une autre qui symboliserait l’amour…

C’est ainsi que débute l’aventure, votre périple vous amènera à visiter les Caraïbes, en particulier Plunder Island, l’île du sang, l’île du crâne, et pour finir la fameuse Ile Aux Singes ! De plus, une phase d’arcade (que vous pouvez ne pas faire si vous pensez que l’arcade n’a rien à faire dans un jeu d’aventure) de type bataille navale sera aussi de la partie, histoire de piller les calles de trésors des pirates aux alentours, et bien sûr, pour notre plus grand plaisir, apprendre de nouvelles insultes ! Et oui, les combats d’insultes sont de retour, et celles-ci sont toujours aussi hilarantes !

Tu pointes ou tu cliques ?
The Curse Of Monkey Island (CMI) est comme ses prédécesseurs, un jeu d’aventure Point and Click, mais il n’utilise pas une liste de verbe comme c’était le cas des deux premiers épisodes, non ici nous avons a faire à une interface bien plus simple, qui relègue les verbes aux oubliettes ! Lorsque le curseur devient rouge, vous pouvez agir sur un objet du décor, à ce moment là, cliquez sur le bouton gauche de la souris sans le relâcher, une pièce d’or apparaît sur laquelle sont représenté trois icônes, une main, un crâne et un perroquet. La main représente l’action « saisir », « pousser », ou « utiliser », le crâne représente l’action « examiner », et enfin le perroquet symbolise les actions « parler à », « manger », « souffler » … bon tout ce qui se fait avec la bouche en gros ! Ce système simpliflie grandement l’aventure, car les combinaisons sont beaucoup moins nombreuses, mais rassurez-vous le jeu reste quand même bien difficile. L’inventaire se présente sous une forme de malle en bois, qui s’ouvre sur un simple clique du bouton droit de la souris. Comme nous l’a habitué Lucasarts, le gameplay est donc simple et efficace !

Les dialogues sont cette fois-ci enregistrés, et Guybrush a enfin sa propre voix (le doubleur étant Paolo Domingo). Toutes les voix sont vraiment dans le ton, les doublages sont vraiment bien et donne une âme au jeu, de plus, mentions spéciales pour les dialogues, qui sont très bien traduis en français !

Les 5 ans qui séparent les deux épisodes laissent apparaître entre les deux une avancée technologique assez conséquente, les graphismes toujours en 256 couleurs, mais en haute résolution (640*480), ce qui donne aux décors et aux personnages une finesse de toute beauté. Guybrush est devenu un gringalet par la même occasion, mais cela lui va si bien…

Ce troisième volet est une suite parfaite, avec des séquences cinématiques, des voix, des bruitages et des musiques dignes d'un dessin animé, et des graphismes, en haute résolution de très bonne facture, ainsi qu’une excellente durée de vie… Bref The Curse Of Monkey Island est une pure merveille sur tous les points !! A noter, que le papa de la série Ron Gilbert n’a pas participé à ce troisième volet … mais il a laissé un bel héritage que Jonathan Ackley et Larry Ahern ont parfaitement su reconduire, l’âme de Ron Gilbert plane sur ce troisième volet…

Note: Le jeu passe sous Windows XP en mode compatiblité Windows 95, mais sur certaines configurations quelques soucis de sons et pendant les cinématiques peuvent apparaître, je ne saurais que trop vous conseiller l’excellent lanceur de QUICK AND EASY SOFTWARE (http://quick.mixnmojo.com/software.php#cmilauncher), sinon il tourne parfaitement bien sous SCUMMVM!


En détail
+ Les dialogues
Les voix
L’humour
Les graphismes
- Pardon ?!
Graphisme
19 /20
Pour 1997, les graphismes sont de toutes beautés, ils n’ont, d’ailleurs, pris aucunes rides !
Jouabilité
19 /20
Du Point and click de chez Lucasarts, oui donc parfait.
Scénario
18 /20
Les aventures de notre pirate émérite sont souvent captivantes, ici c’est toujours le cas.
Son
19 /20
Les voix s’associent très bien aux personnages du jeux, parfait !
Intérêt général
19 /20
Un jeu que tout fan d’aventure se doit de jouer, tout y est pour en faire un incontournable…