Warning: Use of undefined constant nb_avis - assumed 'nb_avis' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 221

Warning: Use of undefined constant test_auteur - assumed 'test_auteur' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/ef0eae7991bc1ccacffe2903a3bef705/web/jeux.php on line 750
Test de Blackstone Chronicles - Planète Aventure
Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Blackstone Chronicles L'asile maudit
Développeur Legend Entertainment
Éditeur Red Orb
Distributeur Mindscape
Date 1er nov 1998
Genre Horreur
Vue 1ère personne 3D
Série
Compatibilité Windows 95 / Windows 98 / Windows XP / Vista / Windows 7 / Windows 8 / Windows 10
Plateforme(s) PC
Gameplay Puzzle
PC
17.5
excellent
Test par Makidoo
Blackstone Chronicles est un jeu adapté des romans de John Saul (Les chroniques de Blackstone), qui vous plongera dans l’ambiance très particulière d’un asile psychiatrique...

Un thème pour le peu original dans le jeu d’aventure, car au fil de votre progression, vous découvrirez les différentes théories et traitements psychiatriques que les médecins ont pu appliquer ou tester au 20ème siècle.

L’aventure se présente à la première personne, dans un environnement tout en 3D, et vos déplacements se font aux travers d’images fixes (à la manière du premier "Myst"), une animation plutôt fluide (que l’on peut passer avec un clic droit) vous fait passer d’écran en écran.

L’introduction est plutôt brève (tout comme la fin du jeu), elle mêle des photographies numérisées d’acteurs à des environnement en 3D. Ce n’est pas magnifique (on retrouve d’ailleurs ce type de photographies au fil de l’intrigue, lorsque votre fils Joshua vous parle), mais ce n’est qu’un détail graphique qui ne nuit pas à la qualité du jeu. La résolution graphique est d’ailleurs assez simple, mais elle suffit amplement à créer l’ambiance sombre et pesante de l’asile. Les couleurs sont assez belles, et les éclairages correctement restitués. La musique quant à elle est tout à fait appropriée à chacun des lieux que vous visiterez, elle devient d’ailleurs de plus en plus angoissante à mesure que vous pénètrerez dans les salles cachées de l’asile...

Le scénario est lui aussi assez simple (mais pas simpliste !), vous vous retrouvez tout bonnement coincé dans l’ancien asile psychiatrique que dirigeait votre père décédé, celui-ci revient en esprit parmi les vivants et tente de rallier votre fils à sa cause maléfique, fou de rage que l’asile se transforme en musée, interrompant ainsi définitivement ses recherches en psychiatrie. Vous n’avez alors qu’une seule nuit pour tenter de le délivrer.

Vous visiterez donc petit à petit les différentes pièces de l’asile (votre père ne sera d’ailleurs pas avare de commentaires en voix off), et vous aurez la possibilité de lire sur les différentes bornes présentes les activités ou thérapies appliquées aux patients...Là est toute la subtilité du jeu, car non seulement en progressant dans le jeu vous découvrirez des salles de plus en plus lugubres, mais les commentaires seront de plus en plus atroces sur les sévices que l’on pouvait faire subir aux patients ! (Il est alors loin le temps de l’agréable musique d’ascenseur que vous entendiez dans le salon de l’asile !)

Vous pourrez d’ailleurs discuter (en esprit toujours) avec différent(e) patient(e)s de l’hôpital (l’histoire du petit garçon Abe est franchement horrible, difficile d’imaginer toutes ses souffrances !...), qui vous guideront et vous donneront régulièrement des indices sur les différents obstacles que vous pourrez rencontrer.

Les énigmes et puzzles sont très logiques et réalisables (j’aime !), il suffit de se creuser un tant soit peu les méninges, un ordinateur sera d’ailleurs mis à votre disposition pour effectuer des recherches sur certains patients (attention, le clavier est anglo-saxon –en « qwerty »- regardez bien sur quelles lettres vous tapez !). On se retrouve avec un inventaire assez conséquent (il suffit de glisser le curseur vers le bas de l’écran pour y accéder), et quelques associations d’objets seront nécessaires.

On se laisse donc très rapidement prendre au (sordide) jeu de Malcolm Metcalf (votre défunt père), notons aussi que vous aurez plusieurs épreuves à réaliser en un temps limité (mais là encore, il faut bien regarder autour de soi), mais que vous aurez la possibilité de reprendre le jeu juste avant si vous perdez, ou encore vous avez même la possibilité d’obtenir un indice ou même la solution à votre problème !

La durée de vie n’est pas énorme (étant donné la difficulté réduite du jeu), mais elle vous laissera tout de même passer de bonnes heures devant votre écran.

Blackstone Chronicles est donc un bon jeu d’épouvante à la première personne, dont la tension et l’horreur montent progressivement jusqu’à la résolution du jeu. Rien n’est spécifiquement montré, tout est suggéré, et c’est ce qui fait la force de ce jeu, l’angoisse est purement psychologique, et donc diablement efficace !

Une petite réussite dans son genre, un jeu simple et efficace, pour tous les amateurs d’énigmes et d’épouvante.

Ce test de Makidoo provient du Sanctuaire de l'Aventure, qui a fermé ses portes en septembre 2009