Plan�te Aventure
Planete Aventure sur Facebook Planete Aventure sur Twitter Planete Aventure sur Steam
Gabriel Knight 3 Enigme en Pays Cathare
Développeur Sierra
Éditeur Sierra
Distributeur Activision
Date 18 nov 1999
Genre Mystère / Fantastique
Vue Vue mixte (1ère et 3e) 3D
Série Gabriel Knight
Compatibilité Windows 98 / Windows XP / Vista / Windows 7 / Windows 8 / Windows 10
Plateforme(s) PC
Gameplay Point & Click
PC
16.3
excellent
Test par Guidoflap
Après la Louisiane et ses mystères (The Sins of the Fathers, 1993) et après la Bavière et ses mystères (The Beast within, 1995), nous voilà invités à incarner pour la troisième fois ce bon vieux Gabriel Knight. Et force est de constater qu’il a toujours autant de mal à se cantonner au rôle d’écrivain de romans populaires et possède le don de se retrouver catapulté au premier rang d’aventures où l’histoire se mêle au fantastique. Bref, on reconnaît la "patte" de Jane Jensen (l’auteur du scénario) et son goût prononcé pour les folklores locaux ainsi que pour les légendes possédant une forte résonance dans l’imaginaire collectif.

On le sait, Gabriel Knight n’est pas de ceux qui rechignent à offrir leur aide en cas de pépin, pour peu que ledit pépin sente le mystère à plein nez. (Autant le dire tout de suite : inutile de faire appel à lui si vous vous êtes fait voler votre scooter, sauf si vous avez la certitude que le vol a été commis par un sorcier vaudou, un loup-garou ou un vampire !) Avant de se lancer dans le jeu, le joueur devra parcourir le prologue qui se trouve être… une BD ! Cette dernière, est fournie avec le jeu sous forme d’un fichier PDF et permet d’apprendre que Gabriel a assisté au rapt du bébé d’un certain prince James Stuart dont il était l’hôte. Ni une, ni deux, le voilà donc lancé aux trousses de ravisseurs bien étranges… Mais, après tout, on est Schattenjäger (littéralement : chasseur d’ombre, de spectres) ou on ne l’est pas ! La traque conduit Gabriel Knight dans le petit village de Rennes-le-Château. Bien entendu, aucune trace des ravisseurs et l’enquête commence...

Rennes-le-Château ! Un village de l’Aude bien connu des amateurs de mystères et des chasseurs de trésor ! Une petite parenthèse historique s’impose… En 1885, Bérenger Saunière (1852-1917) est nommé curé de cette petite paroisse. L’église fait triste mine et Saunière entreprend quelques rénovations. Puis, soudainement, Saunière se lance dans de vastes travaux qui vont marquer de son empreinte le paysage architectural de ce très humble village. Comment ce modeste curé d’une paroisse tout aussi modeste a-t-il pu se lancer dans de si somptuaires opérations ? Saunière aurait-il découvert quelque mystérieux trésor ?... Cette énigme a excité pas mal d’imaginations et fait couler beaucoup d’encre. Par exemple sous la plume des journalistes M. Baigent, R. Leigh et H. Lincoln dans leur livre publié en français sous le titre L’Énigme sacrée (1982). L’ouvrage, très controversé, suggère l’existence d’une descendance de Jésus et de Marie-Madeleine : après la crucifixion, cette dernière aurait trouvé refuge dans le sud de la Gaule avec sa progéniture. La thèse est séduisante mais ne résiste guère à la critique, surtout que l’on sait aujourd’hui que les trois auteurs ont accordé trop de foi à des « sources » créées de toutes pièces par un faussaire et mystificateur du nom de… Pierre Plantard – ceux qui connaissent Les Chevaliers de Baphomet apprécieront ! (Notons au passage que ce livre a également fourni la matière du Da Vinci Code du romancier Dan Brown.) Manifestement, Jane Jensen a lu L’Énigme sacrée et y a trouvé l’inspiration pour Gabriel Knight 3 et, malgré le caractère hautement contestable de ce livre, elle parvient à en tirer une fiction qui constitue clairement le point fort du jeu : Rennes-le-Château, Cathares, Templiers, saint Graal, trésors et même (quitte à en rajouter)… vampires ! Autrement dit, un véritable condensé de légendes et de mystères !

L’aventure se déroule sur trois jours dans un environnement géographique limité : Rennes-le-Château et quelques lieux alentours. On ne parcourt donc pas le vaste monde à rechercher des indices dans des lieux plus exotiques les uns que les autres. Pourtant, il n’y a rien de confiné dans ce jeu, car cette région et ses mystères se suffisent à eux-mêmes pour générer à foison de l’exotisme (au sens propre du terme) ! Le joueur y aura d’ailleurs fort à faire.

Les énigmes sont pour la plupart très bien intégrées à l’histoire et, disons-le clairement, Gabriel Knight 3 n’est pas un jeu d’aventure facile. Essentiellement pour trois raisons :

1. En règle générale, la logique prévaut dans la résolution des énigmes (même si, de temps à autre, il faut faire preuve d’une certaine fantaisie, par exemple en témoignant un peu d’affection à un brave matou !). Néanmoins, logique n’est pas ici synonyme de simplicité et quelques passages sont assez complexes. Bien sûr, il est nécessaire se montrer très observateur, ce qui n’a rien de très surprenant dans ce type de jeu ! Mais, surtout, la résolution de plusieurs énigmes passe par une analyse et une confrontation de documents (textes, cartes), tâche qui peut se révéler assez ardue. Le joueur sera néanmoins aidé par un ordinateur et d’un logiciel providentiel que la fidèle Grace Nakimura a eu la bonne idée d’apporter dans ses bagages.

2. Souvent, résoudre une énigme a pour effet d’épaissir le mystère et, du coup, de maintenir le joueur dans un état de perplexité savamment calculé. On avance donc pas à pas sans toujours être certain d’avoir accompli un progrès substantiel. Il ne s’agit pas là d’une critique négative, bien au contraire ! Car, de toute évidence, Gabriel Knight 3 a l’art de maintenir le joueur en haleine. Une réserve toutefois quant à la fin : après avoir distillé les indices au compte-gouttes, le dénouement se fait de manière quelque peu abrupte, vaguement temporisé par des passages de type "puzzle" ou "action" assez peu convaincants. Mais bon, il ne s’agit que de l’extrême fin du jeu.

3. L’histoire n’est pas forcément aisée à suivre. Mélangeant histoire, fantastique et ésotérisme et mêlant réalité et fiction, le jeu pourra paraître déroutant à certains.

Bien entendu, en bon jeu d’aventure qui se respecte, il s’agit d’explorer et de fouiller les décors à la recherche d’items. Mais aussi d’engager la conversation avec les personnages que l’on ne tarde guère à rencontrer. Ce dernier point mérite que l’on s’y attarde quelques instants. Si les jeux d’aventure font régulièrement intervenir des personnages auprès desquels on glane quelques informations, ceux de Gabriel Knight 3 jouent leurs rôles à la perfection. Dès les premiers instants du jeu, le joueur constate qu’il n’est pas seul à Rennes-le-Château car une bande de touristes semble avoir investi le lieu. Simples touristes amateurs d’ésotérisme et de trésors ? À moins que certains d’entre eux n’aient quelques raisons tout autres pour se trouver là ! Il appartiendra à Gabriel de le découvrir en s’intéressant de près à cette galerie de personnages hauts en couleurs – qui n’est pas sans rappeler ce bon vieux Cluedo. Il est rare qu’un jeu donne autant de consistance aux individus que l’on est amené à croiser.

Les graphismes de Gabriel Knight 3 n’ont plus grand-chose à voir avec le 2e opus (The Beast within). Il n’est plus ici question de séquences filmées interactives car personnages et décors sont ici modélisés en 3D. Si certains regretteront le réalisme des décors photographiques, il faut reconnaître que le résultat est plutôt convaincant. J’avoue ne jamais avoir mis les pieds à Rennes-le-Château mais, si je me fie aux photos que j’ai pu en voir, les graphistes se sont attachés à reproduire assez fidèlement les lieux qui, aujourd’hui encore, semblent hantés par le fantôme de l’abbé Saunière. C’est notamment le cas de l’intérieur de l’église, particulièrement soigné (on y retrouve, bien entendu, le surprenant bénitier porté par le démon Asmodée). Graphiquement, Gabriel Knight 3 a certes vieilli depuis sa sortie en 1999 mais l’ensemble est bien loin de faire injure à l’œil.

Quant au gameplay, il est dans l’ensemble relativement simple. Le jeu est un "point & click" et se joue principalement à la souris. Sans être complexe, l’interface nécessite peut-être un petit temps d’adaptation. En effet, lorsqu’une interaction est possible, une liste d’icônes apparaît, symbolisant les actions réalisables (observer, prendre, etc.). Donc, rien de bien compliqué et l’on comprend assez vite le système. Il en va de même pour la gestion de l’inventaire. Notons également que le joueur aura l’occasion d’incarner Grace, l’assistante de Gabriel, que l’on retrouve une fois de plus.

Aujourd’hui, le jeu se satisfera pleinement d’une configuration modeste (j’avais à l’époque réussi à le faire fonctionner sans problème sur un Pentium 166 équipé d’une carte 3D Voodoo 2 !). En revanche, des problèmes de compatibilité pourront, paradoxalement, apparaître sur des machines très récentes. Autre regret : le jeu ne semble actuellement plus disponible en dehors du marché de l’occasion.

Gabriel Knight 3 ne fait pas injure aux deux premiers épisodes de la série, loin s’en faut ! Qualité scénaristique, références culturelles, graphismes soignés, etc. : c’est bien Jane Jensen qui est aux commandes ! Même si une plus grande place accordée aux références ésotériques pourra en dérouter certains, il s’agit incontestablement d’un excellent jeu d’aventure. Précisons néanmoins que ses sources d’inspiration ainsi que la difficulté de certaines énigmes en font un jeu qui n’est sans doute pas accessible aux plus jeunes.

Il y a des séries qui s’essoufflent et dont même les inconditionnels en viennent à souhaiter qu’elles s’arrêtent. Tel n’est pas le cas de la série des Gabriel Knight qui se distingue par une réelle constance quant à la qualité. Comment s’étonner dès lors que de nombreuses voix réclament à cor et à cri un Gabriel Knight 4 ? (Une pétition en ce sens a même été mise en ligne il y a quelques années !) Jane Jensen semble faire la sourde oreille bien que, depuis quelque mois, une rumeur circule sur Internet au sujet d’un nouveau jeu d’aventure signé de cet auteur. Très peu d’information pour le moment, même s’il est certain que ce jeu, intitulé Gray Matter, ne constituera pas, s’il sort un jour, une nouvelle aventure de Gabriel Knight. La question reste donc posée : Gabriel Knight 3 : Énigme en Pays cathare sera-t-il l’ultime épisode d’une série condamnée à rester une trilogie ?


Ce test de Makidoo provient du Sanctuaire de l'Aventure, qui a fermé ses portes en septembre 2009